La phénodescription

Parler, écrire, dessiner,  …

La phénodescription, c’est le temps d’expression orale ou écrite en fin de séance.

Elle se fait en décrivant les sensations du corps, les images vécues, les impressions.

Pendant la sophronisation (la séance en niveau de conscience au bord du sommeil), l’expérience vécue et les diverses sensations ressenties pénètrent dans la conscience, s’incorporent à la vie psychique propre du sujet.

dessinpheno

Il est alors intéressant de repérer juste après l’expérience, les « réactions vivantielles » et de les verbaliser, à l’oral ou à l’écrit, pour laisser une trace des phénomènes vécus. Recueillement des sensations toutes fraîches du corps, des images vécues, des impressions, sans interprétation (ce qui n’est pas facile et nécessite d’apprendre à ne pas juger, interpréter…)

Cela permet de faire remonter à la conscience (un peu comme au réveil, après un rêve) les éléments qui sont enfouis dans l’inconscient : c’est une conquête de son conscient.

Du point de vue neurobiologique, le travail de mémoire à court terme est un moyen de fixer des sensations, évocations et corporalités vécues et de permettre au cerveau pré-frontal d’analyser, de faire le tri, et de lier toutes les informations.

En groupe, ces expressions viennent en écho de son propre vécu et sont sources d’ouverture, permettant de comparer à son propre vécu, d’enrichir son registre de vocabulaire.

———————-

Après la récupération en fin d’exercice, je note :

  • Quelles ont été mes sensations corporelles, quelles ont-elles maintenant ?
  • Quelles images mentales, odeurs ou sons me sont apparus ?
  • Quelles impressions, sentiments, ressentis émotionnels m’ont traversé ?
  • Quelles réflexions, pensées en ont jailli ?

Comments are closed.