Regroupements, syndicats et fédérations de sophrologues

Retour aux sources de la sophrologie

La fondation Caycedo (Académie de Sophrologie Caycedienne), créée en 1980 par Alfonso Caycedo et installée dans la Principauté d’Andorre,  est la « maison mère » du réseau caycedien dans le monde. Son but est de promouvoir et protéger la sophrologie caycédienne®.

Autres références

La Sophrologie ludique® , est une pédagogie de la sophrologie sociale et du développement personnel. Elle est basée sur les mêmes principes de la sophrologie caycedienne, et la rend plus accessible, adaptable et applicable dans la vie de tous les jours.  Elle donne une grande importance au phénomène de rencontre avec les autres, et tire un grand avantage de la dynamique du groupe.  La Sophrologie Ludique® est une invitation à vivre pleinement son corps et sa conscience à travers une dimension créative offerte par l’aspect ludique et une dimension profonde par la sophrologie.

Les syndicats, regroupements et fédérations

Les syndicats diffèrent par leurs critères d’admission des sophrologues (formation, professionnalisation), leur but est de regrouper, défendre, promouvoir, donner de la crédibilité, proposer des codes de déontologie, annuaires. Cette rubrique est élargie aux fédérations et regroupements dont le but est de promouvoir la sophrologie selon leurs propres critères.

Côté syndicats

  • Pour commencer côté caycedien exclusif : le Syndicat Français de la Sophrologie Caycédienne (SFSCay) créé en 2013 a bout objet de représenter et défendre les sophrologues caycédiens. Il faut avoir suivi une formation caycédienne et être titulaire de la carte de « professionnalité Sofrocay ».

Nota : le lien vers le site Syndicat Français de la Sophrologie Caycédienne (Syndicat National des Sophrologues (SNS), créé en 1995 ne fonctionne plus (rénovation ? regroupement avec SFSCay ?).

  • Le Syndicat des Sophrologues Professionnels (SSP), créé en 2003, se veut dans la tradition « humaniste » de représenter les sophrologues de tous les courantsLes sophrologues justifient d’au moins de 300 heures de formation en centre sur un minimum de 2 ans, acquises au sein d’une école ou d’une université enseignant la sophrologie, selon les concepts et principes fondamentaux de la méthode (méthodologie, théorie, technique, pratique) avec une validation des compétences acquises.
  • La Chambre Syndicale de la Sophrologie (http://www.chambre-syndicale-sophrologie.fr), créée en 2011, distingue les membres adhérents dits actifs (sophrologues installés, présentant un titre, un diplôme ou une attestation de suivi de formation à la sophrologie, sans exigence du nombre d’heures ou du type de formation (en école, par correspondance/internet, etc…), des membres non-actifs qui n’ont pas le droit de vote (adhésion gratuite). Syndicat moins exigent concernant ses critères, mais avec le mérite de la visibilité et de l’aide pratique concrète et simplifiée aux sophrologues.

Côté fédérations, regroupement

  • La Société Française de Sophrologie (S.F.S.), créée en 1966, a pour objectif de promouvoir la sophrologie, elle regroupe différents courants se réclamant en France de la sophrologie. La S.F.S. se préoccupe d’apporter une information rigoureuse et complète, veille au respect des règles déontologiques, et propose une ouverture vers d’autres méthodes existantes comme l’hypnose ericksonienne, la PNL, la somato-thérapie, la relaxation etc…
  • La Federation Francaise de sophrologie (FFDS), créée en 1995, a pour objet de fédérer les sophrologues, aider à faire reconnaître, étudier et promouvoir la Sophrologie, donner des informations(méthodologie, fiscalité,…), liaisons et réflexions, annuaire et code éthique et déontologique.

 Côté recherche et développement

  • Le Groupe d’Epistémiologie de la Sophrologie (GES), créé en 2010, a pour objet d’étudier scientifiquement les fondements, méthodes et résultats de la sophrologie sur les individus et la société et faire reconnaître la valeur scientifique de la sophrologie avec des unités de recherche, répertoires de travaux, interviews de sophrologues spécialistes et met à disposition un annuaire.
  • L’Observatoire National de la Sophrologie (ONS), fondé en 2008, témoigne et agit pour une meilleure reconnaissance de la sophrologie, comme discipline et comme métier avec la mise à disposition de publications, organisation de colloques et rencontres, réalisation d’enquêtes métier, études scientifiques par les commissions de recherche.

 

 

A lire : Article sur les différents courants de la sophrologie par Pascal Gautier