Sophrologie en hiver : intérioriser

Prendre connaissance du rythme biologique incite à un travail spécifique pendant la saison hivernale en sophrologie, celui de l’intériorisation : recontacter son intérieur, acte d’attention envers soi-même.

Le cycle naturel annuel de la nature influence l’homme, qui, comme la nature en hiver, entre dans une période propice à l’intériorisation. La sophrologie peut permettre de recontacter et respecter ce rythme, influençant son harmonie mentale et physique.

Sous nos latitudes, le jour décroît, les températures moyennes baissent. Les arbres perdent leurs feuilles. Celles-ci, avant leurs chutes, restituent le reste de leurs nutriments aux rameaux qui les soutiennent. On parle de « descente de sève », la circulation de la sève est ralentie pendant l’hiver, pour s’adapter aux températures. Avant le démarrage des bourgeons, l’arbre est en dormance. Ce ralentissement apparent de l’activité de la nature est nécessaire pour préparer la saison suivante. Cette période, ou autrefois les activités humaines étaient liées au rythme de la nature, était propice à l’hivernage : une activité ralentie, des travaux de réparation des outils, et pour le côté social, des veillées avec des récits oraux.

En renouvelant quotidiennement cette expérience, on peut naturellement permettre, comme dans la nature, de faire circuler autrement notre propre énergie, notre propre sève, pour reprendre des forces, de l’énergie, combatte les infections, et permettre une meilleure régénération.

1. Mieux se nourrir et capitaliser l’énergie

L’automne et le printemps étant propices au « nettoyage », l’hiver, lui, sera donc un temps pour assimiler, soit en en prenant le temps de digérer (au sens littéral et imagé), soit en se mettant dans les conditions pour l’aider. Je fais volontairement le lien entre assimilation et intériorisation car le corps, pour s’adapter à l’hiver, a besoin de prendre le temps (oui, j’insiste là dessus)… et a des besoins alimentaires différents. On a tendance à penser qu’une alimentation plus riche en graisse permettra d’apporter la protection calorique nécessaire… merci pour les capitons… mais non, pas vraiment. Le corps a plutôt besoin de stimuler et renforcer ses défenses immunitaires, et de lutter contre l’humidité, la fatigue et la déprime. Il a besoin d’une meilleure qualité d’assimilation pour en tirer tous les nutriments… lipides compris. Les vitamines,  les oligo-éléments et les minéraux sont de précieux alliés. Et l’assimilation se réalisera d’autant mieux qu’on aura activé la circulation sanguine. Pour cela, on peut pratiquer un peu de sport, mais point trop, car on a moins de lumière et moins d’énergie. On peut aussi pratiquer des respirations, des massages ou auto-massages énergétiques. La circulation privilégiée de l’énergie sera de l’extérieur vers l’intérieur, et on aidera celle-ci à se propager partout dans le corps en l’activant.

Exercice de respiration énergie d’intériorisation

Geste « structurel » d’intériorisation

Toilette du Samouraï

Toilette énergétique

2. La méditation, activité mentale vigilante et disciplinée d’intériorisation et d’ouverture.

La sophrologie est plus que de la relaxation. Elle a pour principe le travail en niveau sophro-liminal (niveau d’attention entre l’éveil et le sommeil). En mettant le mental dans un niveau plus bas, proche du sommeil, on ralentit son activité, mais pas son influence… Et on observe qu’entre le sommeil et l’éveil, il existe plusieurs seuils d’attention : le plus bas favorise la relaxation, et le plus haut, l’activité mentale volontaire. Dans le 3ème cycle de la RDC (Relaxation Dynamique Caycedienne) Caycedo a introduit la pratique de la méditation. En hiver, pratiquer la méditation permettra au travail d’intériorisation, de poser un regard sur soi, d’activer ses propres fonctions, mais aussi de s’ouvrir aux autres.

C’est ce cheminement de l’énergie que je vous propose de pratiquer en sophrologie pour mieux vivre la saison hivernale : recevoir l’énergie, la transformer en soi, et la partager.

Lire la suite… de l’article sur la méditation

 3. Fleurs d’intérieur

Sandrine nous propose un chemin fleuri parsemé de molécules odorantes qui peuvent nous accompagner dans la démarche d’intérioriser :

Puisqu’il semble que c’est dans le secret de l’intériorité que les Fleurs nous livrent leurs plus subtils messages, mettons-nous au diapason de l’hiver et profitons de cette saison propice au repos et au recueillement pour cultiver notre jardin intérieur. Lire la suite de l’article…