Gelluck-Chat-beauté intérieure

Attention à soi : diriger l’attention vers son corps

Prenons le temps d’être attentif à soi. Le corps influence les pensées, et les pensées influencent notre corps. Grâce à l’attention que nous allons lui porter, l’écoute et l’observation, l’attention va être stabilisée et captée. En prenant le temps de nous « centrer », de nous interroger sur notre posture ou sur notre état corporel, de « corporaliser », nous prenons possession de notre corps, et des messages que nous donnons aussi aux autres.

Influence corps sur les pensées et vice versa

Notre corps est le reflet de notre pensée !

Le corps montre les émotions, comment je me sens: quand je suis triste, je me replie sur moi, je suis tout voûte…

Le corps montre notre état de tension, décontraction, excitation :  je suis très décontracté : je mets les pieds sur la table, quand je suis agité, j’ai la main qui bouge toute seule et tape la chaise de mon voisin… Les autres perçoivent des indications de mon « état » en regardant mon corps, cela permet de deviner « comment va » l’autre.

Le corps se transforme avec les pensées, les gens heureux sont « beaux », et ceux qui sont aigris, qui ruminent leurs pensées, sont malheureux, haineux, ont des traits physiques qui s’accentuent, rides, épaules voûtées,…

Les adolescents, (et pas seulement eux) ont tendance à s’avachir sur leur siège… « Tiens-toi droit ! »

À table, pendant le repas, on se tient droit sur sa chaise, on ne met pas les coudes sur la table.

On a aussi construit des règles sociales, mais pourquoi ? Pour être agréable à regarder pour les autres ou pour faciliter le transit, ne pas déformer sa colonne vertébrale ?

La posture est importante au quotidien et plus particulièrement dans les exercices psychocorporels

En agissant sur notre corps, nous agissons sur nos pensées. D’où l’importance de la posture pendant les exercices de méditation et sophrologie. Avez-vous essayé les mêmes exercices, assis, debout ou couché ? Avez-vous remarqué l’influence sur votre état d’éveil ?

Un corps tonique et détendu

Pour rester vigilant, il faut que le corps soit tonique, car si le corps est sans mouvement, complètement relâché, il envoie l’information au cerveau « Repos ! On cesse l’activité ! », ce qui peut être intéressant pour se relaxer, mais pas trop, car sinon on va s’endormir. Si le corps ressent des tensions, celles-ci vont se rappeler à lui, pour provoquer le mouvement, et donc vont « occuper l’esprit », ce n’était, a priori, pas le but des exercices.

Les exercices de relaxation travaillent la conscience en état d’éveil le plus bas possible, proche du sommeil, on a intérêt à avoir une position confortable, mais la tonicité permettre de se maintenir en éveil et de ne pas s’endormir (sauf si le corps se dit, ah, je peux enfin dormir… parce qu’il y a un déficit de sommeil, ou n’est pas habitué à maintenir son attention).

Les exercices de méditation ou d’activation en visualisation se font dans un posture qui ne donne pas au corps l’information de dormir, donc se pratiquent assis ou debout, permettent d’être à l’écoute des sensations infimes corporelles internes, et de donner toute la puissance au travail mental.

La position de la colonne vertébrale est importante, non seulement pour ne pas ressentir de tension par la gêne, ne pas pouvoir tenir dans une mauvaise position, mais aussi pour les dénouer : maintenir les épaules basses et alignées (et non pas légèrement en avant) va permettre de jouer sur les tensions de stress ressenties.

Permettre au sternum de se dégager, à l’appareil respiratoire de trouver toute sa place sur l’avant des poumons, va agir sur le système nerveux neurovégétatif,  plexus solaire et plexus cardiaque, influençant le cœur et les émotions.

La position droite de la colonne, et la position du bassin permettent au système respiratoire de pousser sur le diaphragme qui va pouvoir bouger et masser les organes digestifs, et de pouvoir influer à son tour sur le système nerveux neurovégétatif, plexus lombaire, centre de réalisation, et plexus sacré, centre de l’instinct de vie.

Prendre le temps de se centrer

Attirer son attention sur la posture pendant les exercices psychocorporels permettra aussi peu à peu d’en prendre conscience au quotidien, et de réajuster sa position sur son siège devant l’ordinateur ou la télé, dans les transports en commun.

Exercice minute au quotidien : je fais attention à moi

A un moment de la journée, ferme juste les yeux quelques secondes o minutes, et fait un petit constat de toi-même.

Comment est-ce que je vais ?

Comment je me tiens ?

Comment je respire ?

L’idée simplement, pour faciliter la bonne santé, est de mieux ressentir ses besoins, ses sensations. Pour éviter de prendre froid, ressentir que son corps réagit avec la chair de poule ou des frissons, permet de réagir, de mettre un pull ou de serrer son écharpe et d’éviter de se refroidir. Sentir son ventre se tendre à l’approche d’une personne, peut aussi, quand on en est conscient permettre de lancer le système de réflexion, plutôt que d’agir instinctivement sans comprendre pourquoi.

S’occuper de soi, de son corps, nourrir sa peau, se masser, s’étirer, faire du sport, entretenir son hygiène quotidiennement permettent de se donner « un moment à soi », est loin des dérives égocentriques mais plus de l’attention envers soi, un respect de son corps et du fonctionnement de son mental.

Faire attention à soi, s’occuper de soi, c’est respecter son corps et se respecter

L’hygiène est importante, la posture est importante, ainsi que bien l’utiliser, le développer et le respecter.

Notre corps nous accueille en cette vie et il est dans notre intérêt d’y faire attention, un peu comme on prendrait soin de notre belle voiture, l’entretenir, la réviser, la lustrer, pour qu’elle te serve bien et longtemps le mieux possible…

 

Connaissez-vous la tribu des Calapalos ?

Pour les Calapalos, qui vivent dans la forêt tropicale, il est important de faire attention à soi…

Calapalo est le nom d’une des 17 tribus amérindiennes à habiter le Parc national de Xingu au Brésil. Les Calapalos ont un rigoureux code d’éthique,  ils partagent tout collectivement, leur culture comme leur pêche, possèdent une hygiène corporelle rigoureuse et apprennent au cours des rites initiatiques à traverser sans heurts les âges de leur vie terrestre. http://www.sag-ssa.ch/bssa/pdf/bssa13_07.pdf, http://fr.wikipedia.org/wiki/Kalapalo

Le corps révèle aux autres son rapport à soi

Les autres perçoivent des indications de l' »état » avec les signes corporels, cela permet de deviner « comment va » l’autre.

Etre attentif à soi est indispensable non seulement pour soi et son rapport à soi, mais aussi dans son rapport aux autres. Voir quelqu’un de soigné, cela montre que qu’il se respecte. il attirera beaucoup plus facilement la confiance et de bonnes relations avec les autres que s’il est négligé, mal coiffé, hagard.

Une petite étude amusante a révélé qu’une jeune femme qui demandait une cigarette et d’utiliser le téléphone portable d’un passant, avait plus de chance de réussir si elle était maquillée…

Non seulement apprendre à se positionner, prendre le temps de se centrer, et de ressentir permettra de s’apprivoiser, devenir plus rigoureux, mieux se respecter, mais aussi aura une action sur notre propre bien-être, ce qui aura à son tour une influence sur notre relationnel à l’autre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *