Piscine Paris 14 Préparation accouchement Parentalité

Pendant et après la grossesse : préparation physique en piscine accouchement et post-natal

Helena Peres, sophrologue spécialiste maternité, propose dans deux piscines de la région parisienne, à Paris 14ème et à Saint-Cloud, une approche sophrologique pour les femmes enceintes et leur conjoint. La méthode des Nayaïdes, diffusée depuis de longues années par A. de Tinguy-Simon, est issue des travaux des Drs. Pierre Bertrand, Ferragute et Jean-Paul Renner à la maternité de St- Cloud avec l’apport de la Sophrologie Caycédienne.

Le but est d’améliorer l’état physiologique et psychologique pour mieux vivre la grossesse, l’accouchement et la période post-natale

Le travail dans l’eau améliore l’état général de la femme enceinte, facilite la détente, et surtout lui permet de se préparer physiquement et en conscience au grand moment de l’accouchement. Il contribue aussi à diminuer les risques d’accouchement prématuré, et une meilleure récupération en post-natal.

En piscine, mieux se préparer pour la naissance

On sait depuis toujours que l’acte d’accoucher n’est pas anodin. Aujourd’hui, malgré son entière médicalisation, cela reste un moment particulier. Les couples de futurs parents souhaitent s’y préparer le mieux possible, soit parce qu’ils ont une démarche instinctive, soit pour répondre à la peur de l’accouchement. Certains ont par ailleurs vécu une première expérience loin de ce qu’ils imaginaient, d’autres ont été choqués par une prise en charge médicale qui les a empêchés de « vivre » pleinement l’accouchement.

Comment alors accueillir bébé dans les meilleures conditions et vivre ce moment dans la joie ? Comment supporter la douleur ou doser l’apport de la péridurale ? Comment ne pas sortir de cette expérience avec un corps abimé et douloureux ?

La méthode utilise l’approche sophrologique en toute conscience avec une préparation corporelle. « L’accouchement m’a fait penser à un marathon. Jamais je n’aurais imaginé que cela puisse durer aussi longtemps et demander autant d’efforts ! Pendant la grossesse, on s’épargne, et sur la fin, on aurait tendance à bouger le moins possible. Pourtant, il faut arriver en forme pour ce jour-là ! J’étais contente de m’être entraînée en piscine ! » rapporte S., une jeune maman.

Une méthode développée par des médecins

C’est à l’hôpital de Saint-Cloud que la méthode a trouvé ses origines. Vers 1977, Jean Feijo, dentiste, réalise des travaux sur l’auto-analgésie et s’intéresse à l’obstétrique, il présente ses travaux à Saint-Cloud dans le service du Dr Pierre Bertrand, qui expérimente avec Marie-Claire Busnel, musicothérapeuthe, les techniques des sons graves sur l’accouchement. Le Dr. Ferragute, médecin anesthésiste, teste l’analgésie sophronique lors d’interventions gynécologiques et expérimente la respiration pendant l’accouchement. Le

Dr. Pierre Bertrand, médecin obstétricien à l’Hôpital de Saint-Cloud se forme en sophrologie auprès du Dr. Caycedo, son fondateur, et crée à Saint-Cloud la sophro-relaxation obstétricale. On en était à l’époque aux balbutiements de l’échographie et il étudie alors l’interaction entre la mère et son fœtus pendant la grossesse et l’accouchement. Il observe les déplacements de l’utérus et l’action volontaire. Il montre que la contraction de la partie supérieure des abdominaux, mobilisée par un geste d’expiration forcée, permettait d’engager la tête du fœtus dans le bassin.

Jean-Paul Renner, obstétricien, contribue à améliorer la méthode de l’accouchement avec la respiration soufflante freinée, et propose alors de ne plus utiliser la respiration bloquée, pourtant toujours utilisée aujourd’hui dans les salles d’accouchement. Il avait observé que les femmes qui accouchent ne pouvaient pas faire d’efforts avec cette respiration, car elle bloque le diaphragme et le périnée, créant des situations nécessitant l’épisiotomie et provoquant parfois des conséquences comme les déchirures, les dégâts sphinctériens (incontinence), et le prolapsus (descente d’organes).

Pour favoriser la souplesse des tissus périnéaux, l’équipe médicale met au point l’expulsion soufflante freinée qui met en jeu les muscles abdominaux profonds supérieurs et donne une grande efficacité à l’effort de poussée.

Le rôle du papa

Peut-on aussi aborder la difficulté pour le futur papa, ce jour-là, de ne pas savoir quoi faire pour « aider » ? Car, au-delà des aspects médicaux et physiologiques, comment le père va-t-il entrer dans son rôle et le comprendre ? Que peut-il faire pour prendre sa place, non seulement par sa présence aux côtés de sa compagne, mais aussi en participant à l’acte de paternité ?

Séances en piscine à Paris 14 et Saint CoudPréparation naissance piscine

La séance en piscine organisée par Helena Peres se déroule en 3 temps : dans l’eau, des exercices rythmés par la respiration et le son « om » puis une relaxation, et une réunion dans une salle.

Les mouvements en piscine optimisent le tonus musculaire, soulagent les lombaires, relâchent la tension abdominale, empêchent le col de l’utérus de s’ouvrir prématurément, contribuent à assouplir le bassin pour qu’il s’ouvre au cours du troisième trimestre, détendent le périnée pour qu’il s’ouvre au moment de l’expulsion.

« J’ai souvent pensé à vous pendant la « dernière ligne droite » avant mon accouchement. Je suis très heureuse et émue de vous annoncer la naissance de N., l’accouchement a eu lieu samedi soir par voie basse, alors qu’elle se présentait en siège. Je suis très fière d’y être parvenue alors que les médecins et sages-femmes pensaient vraiment qu’on terminerait par une césarienne ! »

Les mouvements sont faits en lenteur et rythmés par la respiration et le son grave « om ». « Je me demande s’ils ne m’ont pas prise pour une folle, à m’entendre faire les « om »… Ils défilaient tous pour voir ça, ou réellement pour s’inquiéter de mon sort ? Ils avaient fort à faire dans la salle d’à côté apparemment. Je crois qu’ils nous ont fait confiance, nous surveillant d’un œil curieux, car ils nous ont laissés tranquilles, mon mari et moi. Il faut dire que le sérieux de mon mari était impressionnant ! On était sereins, dans une bulle de vibration », témoigne F. une autre jeune maman.

La relaxation portée et chantée dans l’eau, moment apprécié de détente, enclenche le cercle vertueux de la sécrétion d’ocytocine qui entraîne la sécrétion d’endorphines et favorise le lâcher-prise. Helena rapporte que souvent les observateurs des séances

demandent s’ils ne pourraient pas eux aussi faire la relaxation dans l’eau, « ça a l’air vraiment bien » !Préparation naissance piscine

La réunion conviviale après l’entrainement en piscine est un des moments privilégiés pour aborder librement toutes les questions. On y exprime toutes les appréhensions, ce qui permet de trier parmi les « conseils » des copines, et surtout de se sentir ensemble dans une tradition de passation d’expérience, et de se réapproprier en toute conscience ce moment extraordinaire qu’est la naissance de son enfant.

Pour en savoir plus : http://calapalo-sophrologie.fr/2017/05/20/sophrologie-piscine-femme-enceinte/

Photos Jessica David (jess.david@free.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *